Internet Multi Services
Créez un site à votre image

Allotranspro
Le contact direct transporteus expéditeurs

Carnet de vol en ligne
Gérer un aéroclub

Coaching, vous avez dit coaching!

Cheval-Poney
Les écuries du puits des Mezes

Le gîte des prés au chéne


  La  place   forte  de
  Langres 1842-1905








 <<
 <<Retour


Séré de Rivières
Constats et choix Une nouvelle stratégie Le camp retranché

    L'oeuvre du général Séré de Rivières


Le général Séré de Rivières 1815 1895

Raymond Adolphe Séré de Rivières est né à Albi le 15 mai 1815.
Après de brillantes études qui lui ouvrent les portes de l'école Polytechnique, il complète sa formation à l'école d'Application de l'Artillerie et du Génie de Metz.
Après ses études, il effectue l'essentiel de sa carrière dans le génie. Ses différentes mutations lui permettent d'étudier et de concevoir des systèmes défensifs :
- Nice en 1862 où il est chargé d'organiser la défense de cette nouvelle région française.
- En 1864, il sera nommé commandant du génie à Metz, où il est chargé de la mise en oeuvre du camp retranché.
- Puis il est nommé colonel et directeur des fortifications de Lyon, place qu'il met en état de défense au début du conflit de 1870.
Le Général Séré de Rivières

Promu général de brigade en octobre 1870, il commande le génie de l'armée de l'Est au début de 1871.
Durant la commune, il reprend les forts d'Issy, de Vanves et de Montrouge aux fédérés.
En 1872, il instruira le procès du Maréchal Bazaine, et par conséquences, devra enquêter sur les conséquence de la chute de Metz.
Ces derniers évènements vont parfaire ses connaissances, son analyse et  son point de vue sur l'opportunuité et l'efficacité d'un système défensif adapté aux nouvelles technologies.
Le grand ogre Allemand,
 carricature de Bismarck.
 (XIXe siècle)


En juin 1873, il prend le poste de secrétaire du comité de défense créé par Thiers pour jeter les bases d'une nouvelle défense du territoire.
Il devient ainsi directeur du Service du Génie au ministère de la Guerre, chargé de la construction d'une défense allant de Dunkerque à Nice qui portera son nom.
Mais en 1880 il est destitué.

Il meurt à Paris le 16 février 1895, mais accusé d'avoir mené une politique de travaux dispendieux pour un bien médiocre résultat (son dispositif ne sera jamais terminé), il fit inscrire sur sa tombe:

"LAPIDES CLAMABUNT"
(les pierres témoigneront).
Situation géopolitique  | Un peu d'histoire  | Le camp retranché de Langres
La France de 1870Séré de Rivières face à l'histoire
La page contact  | Liens divers  | Avertissement
Design, création CLERIN Vincent  ©Clerin Vincent / Mentions légales