Internet Multi Services
Créez un site à votre image

Allotranspro
Le contact direct transporteus expéditeurs

Carnet de vol en ligne
Gérer un aéroclub

Coaching, vous avez dit coaching!

Cheval-Poney
Les écuries du puits des Mezes

Le gîte des prés au chéne


  La  place   forte  de
  Langres 1842-1905








 <<
 <<Retour


Le contexte et les raisons
L'organisation de la place forte

   Le camp retranché de Langres


Le contexte et les raison de sa construction

Avec le XIXème siècle, et la révolution industrielle, la guerre se globalise. Les nouvelles technologies et nouveaux moyens permettent de mobiliser, d'entretenir et d'approvisionner des armées de plus en plus grosses, bénéficiant de matériels de plus en plus considérables, perfectionnés et redoutables.
Avec la généralisation du chemin de fer, les moyens de communication deviennent des enjeux stratégiques permettant d'acheminer hommes et matériels vers les zones de combats qui peuvent être désormais très éloignées de leur base de départ.
Bombardement de Paris par les Allemends 1871

Dans ce nouveau contexte, Langres retrouve une place dans la stratégie défensive de la France, pour les mêmes raisons qui en ont fait, dans le passé, une place forte de premier ordre.
Elle verrouille la vallée de la Marne (l'axe Est Ouest), sur Paris, et  la vallée de la Saône (l'axe Nord Sud) sur Lyon.
Elle contrôle également le noeud ferrovière de Chalindrey, qui aussi surprenant que cela puisse parraître, se calque à quelques détails près, sur le noeud routier Romain.
Le camp retranché de Langres
Les travaux de renforcements des fortifications de la place vont débuter en 1842..., et s'achèveront, après la défaite de 1870, dans un contexte de doute et de crise.
En effet, la défaite de 1870 va remettre en cause, non seulement toute l'organisation de l'Armée, mais également tout le système défensif Français.
Avec la perte de l'Alsace et d'une partie de la Lorraine, la nouvelle frontière avec l'Allemagne se retrouve alors sans défense, alors que les tensions avec l'Allemagne restent vives, et se détérioreront brutalement dès 1875, au point de craindre une reprise des hostilités.

Dans ce contexte, le camp retranché de Langres, prend tout à coup une importance inattendue.
En plus de sa mission initiale, il doit pouvoir soutenir la  première  ligne  de  défense  qui  se  retrouve  désormais  à moins de 100km, de l'autre côté de la vallée de la Saône, et doit tenir si elle cède.

Les travaux, entrepris avant 1870, sont poursuivis. Le camp retranché de Langres étant intégré dans le nouveau système défensif du quart Nord Est, mis en oeuvre par le Général Séré de Rivières, se voit fortement renforcé.

En 1892, autour de la citadelle et de la ville fortifiée pouvant accueillir jusqu'à 18000 hommes en temps de guerre, l'ensemble des ouvrages représente un total de 41 constructions et se décompose en 8 forts principaux  pouvant accueillir de 600 à 3000 hommes, 24 ouvrages annexes (ouvrages d'infanteries, batteries, fortifications de campagnes, puits stratégiques) et 8 magasins-cavernes (poudrières creusées dans la roche).

Situation géopolitique  | Un peu d'histoire
La France de 1870  |  L'oeuvre du Général Séré de RivièresSéré de Rivières face à l'histoire
La page contact  | Liens divers  | Avertissement
Design, création CLERIN Vincent  ©Clerin Vincent / Mentions légales